République Galactique

De Holopedia
(Redirigé depuis République)
Aller à la navigation Aller à la recherche


La Nouvelle République Galactique, aussi citée sous les appellations "Nouvelle République", "Troisième République Réformée", ou plus simplement "République", est une organisation politique et gouvernementale actuellement en vigueur dans la moitié centrale de la galaxie. Elle est instaurée par les vestiges de l'Alliance Galactique à partir des cendres des deux précédentes Républiques, dont elle reprend certaines valeurs, et réunifie la galaxie avec le Nouvel Empire et l'Ordre Jedi grâce à leur triumvirat victorieux. Son statut est celui d’un régime républicain d’ordre constitutionnel et unitaire, avec néanmoins une décentralisation qui assure aux différents systèmes membres du régime d’assumer leurs pouvoirs territoriaux. C’est au cours de longues années de conflit et de sessions internes que cette République s'est vue remodelée ou réinstaurée de l'intérieur.

Histoire

Ancienne République

L'histoire de la République remonte à la chute de l'Empire Infini des Rakatas, aux environs de 25 000 ans avant la bataille de Yavin, où elle a commencé à être fondée à partir des mondes du Noyau avec le soutien des premiers Jedi. Le manque de sources datant de cette époque rend sa fondation très floue.

En -5 000 environ, la République comptait deux mondes majeurs : Coruscant, déjà capitale, et Koros Major – aujourd'hui appelée Impératrice Téta – dans le Noyau profond. Ces deux mondes s'unifièrent notamment lorsque l'Empire des Sith, mené par le Seigneur Naga Sadow, voulut étendre ses territoires en utilisant une voie hyperspatiale hasardeuse. La République, aidée par les Jedi, repoussa les envahisseurs et gagna beaucoup de prestige de cette victoire.

Sceau de la République vers 4000 av.BY


Elle ne cessa de se développer. Vers la fin du quatrième millénaire avant la bataille de Yavin, elle vécut une crise de grande ampleur avec les invasions mandaloriennes menées par le Mandal'or Cassus Fett, et ne dut son salut qu'à l'intervention de Jedi qui désobéirent à leur Conseil en n'attendant pas sa décision.

Ce qui sauva la République la frappa mieux dans le dos : les deux leaders Jedi des Guerres Mandaloriennes, un certain Revan et son apprenti, revinrent des Régions inconnues de l'époque alors qu'ils étaient partis traquer les Mandaloriens en retraite, corrompus par le côté obscur de la Force et à la tête de leurs armées d'origine, elles aussi tombées dans les bras de l'Ordre Sith. Outre ces forces, ils disposaient de la puissance de la Forge Stellaire, une usine spatiale aux capacités de production inimaginables. Déjà grandement affaiblie par les Mandaloriens, la République fut mise à genoux par l'Empire de Dark Revan et Dark Malak. Dans un tour de main audacieux, les Jedi capturèrent Revan après qu'il fût blessé dans un affrontement, le rendirent amnésique, et le firent ainsi revenir du côté lumineux et renverser la menace de Malak.

La victoire est de courte durée, puisque moins de cinq ans plus tard, un Triumvirat Sith rassemblant les seigneurs Nihilus, Traya et Sion fait surface sur les ruines de l'Empire de Revan et Malak. La République, certes touchée, subit des dégâts limités : le Triumvirat en effet se concentre sur la traque des Jedi, avant d'être finalement vaincu par l'une des dernières d'entre eux.


Après ces crises, la République peut souffler et se développe durant trois cents ans. Et alors que l'on pensait les Sith anéantis, ces derniers avaient profité de cette période pour se ressourcer, fonder des bases solides, et revenir en guerre sous le nom de Second Empire Sith. La République, prise complètement au dépourvu, est frappée jusque dans les mondes du Noyau, notamment la planète Aldorande et jusqu'à la mise à sac de Coruscant. Suite à une trêve d'une quarantaine d'années, la guerre reprend pour plus de cinq ans.

Sceau républicain pendant la guerre contre le Second Empire Sith

Cependant, une autre trêve est organisée lorsque l'Empereur Vitiate, alors à la tête du Second Empire, cherche à renaître plus puissant que jamais. La menace qu'il représente est dangereuse même aux yeux du Conseil Noir des Sith, et une coopération est signée pour calmer cette crise. Moins d'un an plus tard, Vitiate a malgré tout réussi à se réincarner, et s'impose à la fois à la République et à l'Empire qui avaient recommencé la guerre, grâce à son Empire Éternel fondé depuis la planète Zakel, dans les Régions inconnues. Cette superpuissance pousse de nouveau les deux factions à s'allier après cinq ans sous le joug de Zakel et leurs capitales ravagées. Quand l'Empire Éternel est vaincu et Zakel neutralisé, la paix entre l'Empire et la République ne tient plus très longtemps et leur guerre reprend de plus belle. Néanmoins, au bout du compte, la République en ressort victorieuse et le Second Empire semble être sévèrement amoindri.


Vers -2000 toutefois, les Sith se reforment dans une autre organisation et reprennent la guerre, même si ce sont majoritairement les Jedi qui la font. Après mille ans de conflits par épisodes, les Sith semblent définitivement anéantis après la bataille de Ruusan, en -1000. En cette occasion, la République se renouvelle avec une autre constitution.


Durant le millénaire suivant, non menacée par une force importante, la République prospère et s'étend. Ne souffrant que de peu de menaces, elle se défait même de son armée fédérale et compte sur les forces de défense locales pour maintenir la paix, ainsi que le soutien des Jedi.


Chute de la République

Sceau de la République pendant la Guerre des Clones

Une trentaine d'années avant la bataille de Yavin, la République est gangrénée par la corruption : le Chancelier finit par perdre tout pouvoir d'influence, les ficelles contrôlées par des bureaucrates avides d'argent. Ainsi, quand la Fédération du Commerce envahit la planète Naboo et que sa reine de l'époque, Padmé Amidala, demande devant le Sénat que le Chancelier Valorum organise une commission d'enquête, ce dernier - pourtant favorable à l'idée - se laisse contrôler par ses conseillers, payés par la Fédération. Cette esquive du représentant du pouvoir provoque une motion de censure largement approuvée par le Sénat, de laquelle s'ensuit une élection. Le sénateur Palpatine, représentant de Naboo mais surtout Seigneur Sith dissimulé, est élu nouveau Chancelier sur sa promesse de combattre fermement la corruption.


Loin s'en faut : pendant dix ans, et après avoir en secret passé une commande auprès de Kamino pour une armée de soldats clones, pour la République mais au nom de l'Ordre Jedi, Palpatine attise les tensions séditieuses au sein du Sénat, au point de créer la Confédération des Systèmes Indépendants. Cette union, assez grande pour faire opposition à la République, devient dès lors une menace et une guerre entre cette faction, aux armées droïdes, et la République, et l'armée de clones menée par les Jedi. Le Chancelier fait voter en urgence la délégation des pleins pouvoirs en son nom normalement pour la durée de la guerre, mais continue de mener la République vers un état totalitaire en piétinant une à une ses valeurs démocratiques.

Suite à deux ans de conflit, Palpatine révèle sa vraie nature en tant que Dark Sidious et utilise le conditionnement des clones pour faire tuer presque tous les Jedi à travers la galaxie ainsi qu'au sein du Temple de Coruscant. Sans plus assez de Jedi pour la protéger, la République finit par tomber avec l'enthousiasme du Sénat, et se transforme en régime impérial, qui durera près de vingt-cinq ans.


Renaissance

Les idéaux de la République ne sont pas morts avec elle : déjà de nombreux sénateurs, dits la Délégation des 2000, se rassemblaient avant l'instauration du régime impérial pour essayer de revenir sur les votes qui offraient trop de pouvoir à Palpatine, surtout avec la guerre qui usait la population. Cette délégation fut le terreau pour un mouvement de résistance : l'Alliance pour restaurer la République, plus communément connue sous l'appellation Alliance Rebelle. Une guerre éclata entre ce groupement de cellules résistantes à l'Empire et ce dernier.

Sceau de la Nouvelle République depuis 4 ap.BY


Peu de temps après la bataille d'Endor, au cours de laquelle périt l'Empereur Palpatine, et alors que la guerre n'est pas encore terminée, l'Alliance Rebelle prend officiellement le nom de Nouvelle République. Née en pleine guerre, elle reste fragile et notamment après la fin du conflit : en effet, voulant revenir au régime pré-impérial, la République perd l'autoritarisme militaire de celui-ci, et la galaxie est en proie au chaos après deux guerres totales quasiment successives. Elle doit aussi faire face aux forces des Vestiges de l'Empire, désireux de reprendre le pouvoir ; heureusement pour la République, ces mouvements sont désunis et n'arrivent pas à se coordonner suffisamment malgré une menace parfois sérieuse.

La République manque de tomber quand les Yuuzhan Vong, un peuple venu d'une autre galaxie, sème la désolation dans une volonté de conquête. Face à une menace de cette ampleur, le gouvernement s'allie contre son ancien ennemi, les Vestiges, pour les confronter puis leur imposer de vivre selon les lois déjà établies.


En cours d'écriture



Constitution

La République Galactique est en tant que gouvernement et institution politique une organisation étatique parlementaire à tendance conférée, recomposée autour d’un pouvoir central fort pour assurer un équilibre autoritaire. Le pouvoir exécutif est en collaboration directe avec le pouvoir législatif dans la continuité d’un système de séparation souple des pouvoirs. Chaque pouvoir dispose d’organes politiques influents qui peuvent mettre en pression l’autre pour des raisons viables.

Le pouvoir exécutif

La Chancelière Jocaste Oedipem en 195

Le/la Chancelier(ère) Suprême est le chef d’État de la République ainsi que le/la représentant(e) de la chambre du Sénat, élu par suffrage indirect par les sénateurs et les représentants. Chaque individu ne peut effectuer plus de deux mandats successifs. Le Chancelier est à la tête du congrès galactique qu’il préside par ailleurs. Il peut également, en cas de crise, exiger la tenue de cessions extraordinaires auxquelles les sénateurs se doivent d'assister. Le Chancelier se doit d’établir une politique galactique qui ne soit pas à l’encontre de la Charte de feu l'Alliance Galactique. En cas de manquement à ses devoirs, il peut se voir destitué à la suite d'un vote de non-confiance appelé aussi motion de censure. Si le Chancelier vient à être destitué, mourir ou démissionner, le Haut Conseil assure alors la présidence le temps de nouvelle élection.

Le Haut Conseil est l’organe exécutif régent de la République, qui est dirigé tantôt par le Chancelier lui-même tantôt par son Ministre Général. Il s’agit principalement d’un comité étatique composé de conseillers choisis et dignes de codiriger le régime républicain, regroupant ainsi les représentants des grandes instances. Même si personne ne contestait son autorité, les prises de décisions en commun étaient équitablement réalisées entre dix conseillers choisis parmi le Sénat, les différents ministères, la branche militaire ainsi que l’Ordre Jedi.

Le pouvoir législatif.

Le Sénat de la République est l’organe principal et essentiel du pouvoir législatif, jouant un rôle décisif et fondamental dans le traitement de la vie sociale galactique, le vote et l’application des lois et amendements du gouvernement. Le principe même du Sénat est que tous les mondes membres de la République y soient représentés. Étant garant de la démocratie, il est un lieu d’écoute et de débat pour une meilleure unité entre les membres du gouvernement.

Le Sénat est aussi bien l’instance législative du gouvernement que le building ancestral où se réunissent les nombreux membres élus. De part sa grande influence, il peut déclarer la guerre, avec l’aval du Haut Conseil et décréter un « état d’urgence », mobilisant ainsi toutes les ressources pour résoudre une crise. Le Sénat est présent presque dans presque toutes les décisions de la République et assure ainsi la démocratie, les Sénateurs étant les représentant de leur(s) monde(s).

Chaque sénateur est élu par le ou les mondes qu’il représente au Sénat. Chacun d'entre eux a le droit de vote ou de veto sur toutes les lois qui passent au Sénat, et ce, autant de fois qu’il le désire. Les sénateurs peuvent représenter un ou plusieurs mondes et/ou peuples voire un système stellaire entier, en accord avec les gouverneurs territoriaux. Tout peuple membre de la République se doit de posséder un représentant au Sénat afin de garantir ses droits. Étant le représentant et le porte-parole des peuples qui l’ont élu, le sénateur doit être à l’écoute de ses électeurs et faire parvenir leur requête au Sénat s’il la juge raisonnable.

Le pouvoir judiciaire

La Cour Suprême est l’instance judiciaire centrale du gouvernement, permettant de juger les criminels de guerre et autres personnalités accusées de corruption. La Cour Suprême, présidée par douze juges, est la plus haute juridiction de la République. On notera que certains cas extrêmement graves, tels les cas de haute trahison, sont parfois traités directement par le Sénat.

La branche militaire

Le Haut Commandement Stratégique, connu aussi sous l’abréviation HCS, est la haute instance militaire qui détient la supervision générale des forces de défense de la République. Il est constitué de cinq à six membres qui sont les chefs militaires les plus émérites, chacun étant à la tête d’un service après avoir servi longuement le gouvernement et gravit les échelons. Il est rattaché au Ministère de la Défense dont le ministre porte aussi la fonction de Commandant Suprême des Forces de Défense, coordonnant ainsi l’ensemble des corps d’armée avec ses pairs. Les décisions prises par le HCS, revues avec le Haut Conseil et le Sénat, permettent de planifier les stratégies de guerre et d’intervention dans toute la galaxie. Toutes campagnes ou projets militaires doivent être validés par le Sénat, ou le Haut Conseil lorsqu'il s'agit de projet secret défense.

La Grande Armée et Flotte de la République, que nous nommerons aussi sous l’abréviation GAFR, sont les deux principaux corps de défense et d’intervention pour assurer l’ordre et la paix dans toute la République et parfois même au-delà. Ce sont chacun un ensemble militaire de grande envergure dont le rôle et la présence est entièrement consacrés à préserver les principes du régime, protéger la population, intervenir contre les insurrections envers et contre la paix et la justice ou encore surveiller les différentes régions pour anticiper un conflit ou une crise. Le tout est contrôlé par le Commandant Suprême qui représente l’autorité militaire et enfin le Grand Général qui commande en second l’ensemble de l’armée. La Flotte est dirigée et représentée par le Grand Amiral qui a le commandement complet des flottes.

Le Corps de Sécurité de la République, aussi nommé le Bureau de Sécurité ou BSR, est le premier corps de force paramilitaire chargé de maintenir et de faire appliquer la loi dans l’espace de la République voire au-delà. Même si son organisation connut bon nombre de changements, ce corps d’armée connut une longévité impressionnante qui prouve l’efficacité et le rôle prépondérant de cet organisme. Ceux qui travaillent au BSR sont considérés comme des agents et soldats d’exception, effectuant les opérations et interventions les plus délicates sur le terrain comme dans l’espace pour assister les forces de police ou les autres corps d’armée. En tant que service de force spéciale, la particularité du BSR est qu’il est en contact direct avec la Chancellerie et tient des liens étroits avec la Garde Sénatoriale. Il est représenté au sein du HCS par le Haut-Général de Sûreté, dirigeant en chef du service et suppléant au ministère de la Défense.

Le Service de Renseignements de la République, que l’on considère comme les services secrets, est le second corps de force paramilitaire du gouvernement dont le but est de récupérer et fournir en diverses informations et suggestions les autres corps de défense. Son système d’activités repose sur le même que le Service d’Intelligence Stratégique mais en se contentant de collecter au lieu d’intervenir, laissant cela au BSR qui est plus qualifié. Il est commandé par le Général du Service de Renseignements, qui siège aussi au HCS de la République.

L'insurrection pour la Vraie République

Suite à la nouvelle hécatombe Jedi perpétré sous le début de mandat de la Chancelière Sät'sa Cki, la République fut considérée comme "fausse" et "totalitaire" par les membres résistants de la Coalition Galactique. Le gouvernement lui-même demeura fortement solide, pragmatique et implacable dans sa politique de maintien de l'ordre et de son autorité. Une véritable guerre d'usure exécutrice mobilisa les forces armées à se déployer pour plier les systèmes stellaires membres sous le joug d'un Sénat corrompu et d'une Chancelière "à vie" qui démontre des signes de faiblesse autocratique, tandis qu'une chasse-aux-sorcières est lancée pour exterminer des survivants Jedi épars et autres sensitifs de Force, que ce soit en relâchant des shaax ou en comptant sur des "chasseurs de Forceux" formés par le Corps de Sécurité.

Toutefois, une décennie passera pour que l'on voit la République de Ver'Mer comme le véritable exemple de gouvernance libre et équitable pour les peuples de la galaxie tandis qu'une armée d'insurrection menée par le général Perseus Arek, ex-chef du BSR, se lança dans une campagne d'opposition et de sauvetage contre les manœuvres dévastatrices de la chasse aux Forceux et l'oppression sur les planètes membres. Bien que la Rébellion menée par le Général Gunnar et la Coalition ait fait plus grand bruit, l'insurrection par l'armée libre du général Arek a aussi contribué à faire pencher l'avantage vers la fin de la tyrannie totalitaire et s'assurer que chaque peuple de la galaxie échappe le plus possible aux conséquences destructrices de cette guerre. Et avec l'Ordre Jedi revenu après vingt ans d'exil, l'insurrection s'est atténuée et les quelques activistes dévoués au général Arek continua d’œuvrer au nom de la vraie République.